Interview du Professeur BELPOMME sur les Perturbateurs Endocriniens

Interview du Professeur BELPOMME sur RMC, le 13 Mai 2016, sur les Perturbateurs Endocriniens :

Il y a 12 ans de cela, en 2004, le Pr BELPOMME, cancérologue, lançait à l’opinion publique, une première alerte sur les virus à l’origine des cancers. Une intervention qui fut critiquée à l’époque, mais qui aujourd’hui grâce à de nombreuses recherches, des articles publiés dans les meilleures revues internationales ; est prouvée et reconnue.

Selon lui, « il est clair que les perturbateurs endocriniens sont à l’origine d’un cancer sur deux, essentiellement des cancers du sein chez la femme et de la prostate chez l’homme ».

Mais il n’y a pas que les perturbateurs endocriniens, et pas seulement le cancer qui soient liés aux problèmes environnementaux.

D’ailleurs il définit ces perturbateurs endocriniens comme « des molécules artificielles qu’on a mis sur le marché qui ont plusieurs propriétés, soit de mimer l’effet des hormones naturelles mais en amplifiant les effets, soit au contraire avoir un effet antagoniste sur les hormones naturelles, c'est-à-dire les bloquer ».

Ils représentent des risques de perturbation dans les cellules dépendantes des hormones, et facilitent ainsi l’émergence des cancers hormonaux dépendants comme les cancers du sein, de la prostate…

Les perturbateurs endocriniens se nichent dans l’environnement domestique, de manière parfaitement invisible, dans les produits ménagers, dans les cosmétiques, les récipients en plastiques, peintures murales…

Il y a tout de même eu une prise de conscience. Le message initial provenant d’ailleurs des Etats-Unis, sur le fait que les perturbateurs endocriniens aient un effet néfaste sur la vie sexuelle des animaux, notamment les oiseaux. C’est Rachel CARSON qui est à l’origine de cette problématique dans son œuvre : Le printemps silencieux, paru en 1962. Une problématique approfondie et cette fois-ci axée sur les effets des perturbateurs endocriniens sur la vie sexuelle de l’Homme, par le Pr BELPOMME en 2004.

Cependant, un point important est à relever, l’interviewer blâme le fait qu’il n’existe aucun consensus au niveau Européen qui identifierait ces substances. Pr BELPOMME répond en expliquant que l’OMS a écrit un certain nombre de textes  imposant une régulation sur la mise sur le marché de ces types de perturbateurs.

On parle tout de même d’un laxisme complet au niveau politique ! Pourtant la gravité est extrême, notamment pour les femmes enceintes, les générations futures, les méfaits se transmettent de génération en génération en dehors des anomalies des gênes, par d’autres maladies des enfants…

Le Pr BELPOMME donne ainsi quelques conseils, notamment aux femmes enceintes, et les incite à limiter les plats cuisinés, les biscuits industrialisés, limiter les produits ménagers (savon noir, eau de javel..) et enfin faire confiance aux écolabels européens jusqu’à un certain point.